Visioconférence depuis le siège de l’Organisation Mondiale de la Santé bureau Afrique basé au Congo pour évaluer la gestion de la maladie à COVID 19 des pays francophones, lusophones et anglophones de l’Afrique, le Togo s’est fait valablement représenter ce mercredi 28 avril 2021 en partageant l’expérience du pays de la gestion de la pandémie du coronavirus assorties des données réelles. Également les moyens de lutte mis en place et les grands résultats obtenus sont les principaux points qui ont été abordés au cours de la réunion en ligne. Ont pris part à cette visioconférence, des experts de tous les pays francophones de l’Afrique et de l’OMS.

Réception du vaccin SINOVAC par les premiers responsables du ministère en charge de la santé

Bilan plutôt rassurant partagée ce jour avec les pays de l’Afrique francophone et les experts de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Dr ASSANE Hamadi, Directeur de la Lutte contre la Maladie et des Programmes de Santé Publique du Togo, chef des opérations de riposte au coronavirus au Togo, appuyé par le Directeur Général de l’Action
Sanitaire Dr BEWELI Essotoma, ont dans une présentation, exposé tous les points saillants des onze piliers de la riposte selon les directives de l’OMS depuis la survenue de la maladie au Togo le 5 mars 2020 jusqu’au 25 avril 2021. Selon l’OMS, une gestion efficace des urgences sanitaires doit obligatoirement prendre en compte onze éléments essentiels dits piliers de la riposte.

Évolution de la maladie au Togo

A la date du 25 Avril 2021, le Togo a enregistré 7 010 alertes, dont 6 962 ont pu être investiguées, 17 806 cas suspects, dont 12 814 déclarés positifs. Les mesures de riposte mises en place ont permis d’avoir 10 755 guéries soit une proportion de cas guéris de 83,93% parmi les cas confirmés. Cependant, 121 décès ont été enregistrées.

Parmi les cas positifs, 876 cas confirmés sont des personnels du secteur de la santé dont 714 professionnels de santé soit 210 infirmiers, 156 médecins, 146 techniciens de santé, 32 accoucheuses, 69 sages-femmes, 71 aides-soignants, 29 pharmaciens et 162 personnels d’appui. La surveillance épidémiologique a permis de détecter 40 290 cas contacts dont 40 056 ont été mis en auto-isolement et suivis sur tout le territoire depuis l’apparition de la maldie. Les services de laboratoire ont réalisé 306 522 tests soit 396 tests pour 10 000 habitants. Les tranches d’âge les plus touchées sont comprises entre 25 et 54 ans.

Parmi les facteurs de risque qui ont entraîné les décès enregistrés, figure en premier lieu l’hypertension artérielle, suivi du diabète et de l’obésité. La région du Grand Lomé est celle qui a notifié plus de 73 % des cas positifs enregistrés bien que toutes les préfectures du Togo ont été touchées.

Les acquis du Togo

En accord avec les onze piliers de la riposte recommandés par l’OMS pour une gestion efficace d’une urgence sanitaire à caractère internationale, des avancées ont été enregistrées dans chaque domaine clé de la riposte. Entre autres avancées, on note la mise en place des structures de coordination, la mise en application des documents directeurs en ce qui concerne le premier pilier de la riposte qui est la coordination, la planification et le suivi. Pour le deuxième pilier qui parle de la Communication sur les risques et l’engagement communautaire, l’élaboration des directives de la communication sur COVID-19 et des guides à l’attention des acteurs communautaires et des médias ont permis d’atteindre des résultats significatifs. Les formations à tous les niveaux pour un partage massif des informations, la mise en place des comités de veille dans tous les villages et cantons, la gestion quotidienne des rumeurs à travers les émissions et en partenariat avec TOGOCHECK, la mise en circulation des véhicules sonorisés de sensibilisation dans tous les districts ont été des atouts considérables pour améliorer le niveau d’engagement de la population face à la pandémie.

La Surveillance, l’investigation et la recherche des contacts qui est le troisième pilier de la riposte selon l’OMS, a été fortement au centre de l’investigation et de la recherche active des contacts, de la détection, de la notification en continue des cas et de la gestion des données. Dans le domaine du quatrième pilier qui a trait aux voyages, au commerce et aux points d’entrée, l’élaboration des procédures opératoires standardisées SOP et des plans d’urgence pour les principaux points d’entrée ont facilité la recherche des contacts. Quant aux moyens diagnostiques et tests qui sont le cinquième pilier de la riposte, il y a eu décentralisation de tests de confirmation biologique, implantation de huit laboratoires pour la confirmation de COVID-19 dont quatre plateformes GeneXpert dédiées aux cas urgents en milieu hospitalier.

La Lutte anti-infectieuse, sixième pilier de la riposte, le Togo a formé 800 agents de santé en Prévention Contrôle de l’Infection et 300 personnels de santé en bio-nettoyage. Continuellement, l’outil Prévention Contrôle de l’Infection Scorecard est utilisé pour évaluer le niveau de performance des structures de soins. Le septième pilier de la riposte est consacré à la Prise en charge et les produits thérapeutiques. Dans ce domaine, le Togo a formé des acteurs de la prise en charge en réhabilitation, a équipé cinq centres régionaux en matériels de prise en charge de patients COVID-19. L’appui opérationnel et logistique, le huitième pilier a connu une avancée significative. Des équipements et matériels roulants ont été acquis au profit des centres de prise en charge des patients COVID-19. Le neuvième pilier consacré aux systèmes et services de santé essentiels connaît une mise en place d’un Groupe Technique de Travail chargé de toutes les directives de déploiement des vaccins anti-covid-19. Dans le domaine de la Vaccination qui est le dixième pilier de la riposte, des réunions hebdomadaires du groupe technique du travail pour l’introduction des vaccins contre la Covid-19 se tiennent. Des lots de vaccins ont été réceptionnés. Une grande campagne de vaccination a permis de vacciner tout le personnel de santé, les Agents de Santé Communautaire ASC et les apprenants des écoles de formations médicales et paramédicales en premier lieu. Vu la réussite de cette phase, le Togo a étendu cette vaccination aux autres franges de la population. Au cours de cette vaccination, la surveillance des effets secondaires a été faite avec l’outil de collecte ODK. Pour ce qui est du onzième pilier de la riposte à savoir la recherche, l’innovation et les bases factuelles, peu d’études cliniques ont été réalisées sur la covid-19 dans le pays.

L’implication active des premières autorités politiques du Togo, dont le chef de l’État Faure Essozimna Gnassingbe en premier, a pesé très lourd dans la balance et a permis de mettre tous les moyens en œuvre afin de réduire la contamination et la transmission communautaire de la maladie et de préserver la santé publique en général du pays. Le programme de la vaccination générale de la population togolaise poursuit son bonhomme de chemin avec la fusion de toutes les compétences professionnelles et administratives.